Seniorsmag.be

Rejoignez-nous
Au Théâtre ce soir :

Au Théâtre ce soir : "Chaplin"

2016-12-07 13:33:34 – Dominique

Au Théâtre ce soir : Grands-parents Ce spectacle raconte l’histoire d’un homme en proie à de multiples doutes dans la vie, qui l’empêchent d’achever son œuvre. Pourtant grâce, à son imaginaire et les fantômes qu’il convoque, il finira par dénouer les nœuds de la scène mais aussi de sa vie... Un voyage mental et émotionnel. Là où Charlie rejoint Charlot.

"Chaplin" au Théâtre Royal du Parc

Jusqu'au 31 décembre 2016.

Chaplin de de Thierry JANSSEN, Jasmina DOUIEB et Othmane MOUMEN

"Nous avons tous un rapport intime à Chaplin, un souvenir de film qui nous ramène à l’enfance.

C’est ce rapport entre notre enfance et Chaplin que nous explorons aujourd’hui, car Chaplin est un gosse. Un gosse pauvre, qui a fait fortune en jouant et rejouant sa pauvreté, en dénonçant jusqu’à sa mort les injustices sociales de son temps.

Etonnamment, jamais encore le personnage public de Chaplin et son double à l’écran, Charlot, n’ont été portés sur scène en Belgique. Or, nous sommes des enfants de l’espritChaplin : la plupart des membres de l’équipe artistique travaillant sur ce projet depuis maintenant près de 2 ans ont travaillé sur le cinéma muet, notamment avec le spectacle «L’étrange Mr Knight », mais aussi sur le langage corporel et la pantomime dont Chaplinest l’un des maîtres incontestés et emblématiques.

Aujourd’hui, le Théâtre Royal du Parc nous offre l’occasion de faire découvrir ou redécouvrir l’homme qui révolutionna le cinéma, son personnage et son univers intemporel. Sans exploiter aucune œuvre en particulier, sans chercher ni à copier ni à imiter le petit maître à moustache, nous lui rendons un hommage vibrant par une œuvre originale. Peu de paroles mais de l’émotion, du rire, de la poésie, des clins d’œil à ses films. Un coup de chapeau, d’acteur à acteur, à travers le temps. Car c’est avant tout une démarche qui est née de l’envie d’un acteur, Othmane Moumen, d’emprunter, en rêve, les godillots de Charlot. Enfiler ses habits quelques soirs, pour tenter de parler à son esprit, ou au mieux, pour tenter de rire un bon coup avec lui… !

Chaplin racontait des histoires simples avec une efficacité géniale, allant à l’essentiel des émotions, passant du rire aux larmes d’un seul regard. Bien souvent, un geste suffit. Pourtant, derrière cette apparente facilité, il y a une précision d’orfèvre, un travail acharné et une persévérance stupéfiante. Que se passait-il dans la tête de cette première superstar de l’histoire du cinéma ? Comment créait-il ? Comment une idée naissait-elle ? Comment sortait-il d’une impasse lorsqu’il était en panne d’inspiration ?

Nous vous invitons à un voyage mental et émotionnel. Là où Charlie rejoint Charlot.

Ce spectacle raconte l’histoire d’un homme en proie à de multiples doutes dans la vie, qui l’empêchent d’achever son œuvre. Pourtant grâce, à son imaginaire et les fantômes qu’il convoque, il finira par dénouer les nœuds de la scène mais aussi de sa vie."

Au début il y a Charles Spencer Chaplin...

« Imaginez une petite ruelle sordide » Ambiance des années 20, côté pile ; et « se laisser glisser dans la folie...» Chapeau à « Chaplin » distribué en  bribes de vie vagabondes, même si  on s’ attendait plutôt à voir se dérouler sous nos yeux, le tapis  d’une vie passionnée, même si nous étions prêts à explorer le miroitement des facettes de son personnage comme acteur, réalisateur, scénariste, producteur, compositeur et pilier du cinéma muet. Fort heureusement, tout cela  se retrouve dans le programme. On peut y lire que le dénommé Charles Spencer Chaplin est né à Londres le 16 avril 1889 de parents artistes de music-hall. Le père quitte le foyer quand Charlie a trois ans. Hannah élève seule deux de ses enfants, le troisième, le plus jeune, a disparu avec le père.  De santé défaillante, elle est amenée en hôpital psychiatrique et les enfants sont envoyés dans des institutions pour jeunes indigents, les fameuses « workhouse »  de Dickens! Á 10 ans, Charlie intègre une troupe de danseurs de claquettes et monte sur scène où il côtoie de grands acteurs. Ses talents comiques exceptionnels en font vite une star. A 25 ans, il crée le personnage de Charlot, maître du langage corporel,  et à 29, il fonde son propre studio qui lancera la gloire d’Hollywood!

Sur scène...

Sur scène, dans une atmosphère survoltée, « Chaplin » ne se raconte pas mais livre ses rêves d’écriture et son refus catégorique d’être utilisé comme pantin de foire. Métamorphose  rêvée: « Fini, Charlot ! Shakespeare! »  Doux-amer, il fait  surgir des fantômes émouvants, des comparses maléfiques  comme (Dickson, le producteur/Michel Carcan) ou des compagnons fidèles. Particulièrement, celui d’une mère (Jo Deseure), folle à lier, qui mendie amour et argent, et celui de son âme d’enfant, sorte de gavroche délicieux armé d’une machine à écrire. Violette Pallaro, fait une jolie comédienne d’époque… la future nouvelles madame Chaplin?

Panto ? Pourquoi ?

Le patchwork de clips muets est admirablement pantomimé par le talentueux  Othmane Moumen, dont la qualité du travail  artistique n’est plus à démontrer. Un artiste de scène phénoménal, contorsionniste, magicien, pantocrator en moustache, pantalon ample, veste étriquée, chapeau étroit et les chaussures larges…sans oublier l’illustre canne.   Panto ? Pourquoi ?  Parce que capable de rendre dans le  moindre détail  t o u t e s  les mimiques de l’illustre figure de « Charlot ».  Panto pourquoi encore ? Parce que capable  de jongler avec les émotions, la poésie, la musique, les bruitages, la candeur, l’imaginaire et la fragilité humaine t o u t  à  l a  f o i s ! Panto encore… parce que  t o u t  est muet ou presque, langage pantocratique universellement reconnu.

Une histoire de cinéma...

Tout se passe dans cette époque de transition qui voit son  acrimonieux divorce d’avec  Mildred Harris  et précède l’avènement du  tournage de son chef-d’œuvre « The Kid » (1919). Les scènes regorgent d’allusions à l’histoire du cinéma, et on se laisse gagner par le feu burlesque de l’époque noir et blanc. La présence du petit garçon sur scène n’est pas innocente…  mais très rafraîchissante. On saluera en alternance : Victor Barco, Maxime Clausse, Stanley Dupic-Janssens et Ethan Verheyden. A vot’bon coeur, M’sieurs, dames… L’idée conte de Noël,  genre Christmas Carol  flotte dans les esprits… si ce n’est sur scène véritablement à cause d’un décor parfois parodique,  mais il gagne les cœurs d’un  public avide ou nostalgique, prêt coûte que coûte à se livrer à la magie des fêtes de fin d’année.

D-H Lemaire.  

Avec : 
Othmane MOUMEN 
Philippe TASQUIN 
Michel CARCAN 
Bruce ELLISON 
Jo DESEURE 
Violette PALLARO 
Caroline TELLIER 
Manon DRUGMANT 
Michel CHARPENTIER 
et les enfants Victor BARCO, 
Maxime CLAUSSE, Stanley DUPIC-JANSSENS ou Ethan VERHEYDEN, en alternance. 

Mise en scène : 
Jasmina DOUIEB


 


Où : Théâtre Royal du Parc - Rue de la Loi, 3 - 1000 Bruxelles

Réservation : en ligne sur Agenda ou 02 505 30 30

Tarifs seniors de +60 ans 5€ à 14€

Informations Générales : info@theatreduparc.be              
Directeur : Thierry Debroux

www.theatreduparc.be


"L'Insurrection des vies minuscules" de Guillaume Le Blanc

« Au commencement de la démocratie, il y a Charlot », affirme le philosophie Guillaume le Blanc. 
Du vagabond burlesque, il fait un personnage moderne, individu singulier qui, à sa manière, revendique sa singularité contre toutes les dictatures. Une singularité sans voix et sans qualités qui, par la tangente, conteste les ordres établis,ce que Guillaume le Blanc appelle « l’insurrection des vies minuscules ».

Par sa seule existence, infime et puissante existence, Charlot torpille l’arrogance des puissants, l’autoritarisme des totalitaires et les ordres établis. Il est, avant l’heure et malgré lui, un briseur de machines, un parent isolé, un père adoptif, un migrant, un précaire, un cosmopolite, dedans et dehors, sans famille, sans travail, sans patrie.

Sa seule révolte active consiste à survivre, récalcitrant à toute disparition ; ses seuls exploits consistent à opposer la ruse à la brutalité et, tel David terrassant Goliath ou Charlot épuisant par l’esquive les coups d’un boxeur poids lourd, à détrôner la puissance par le mouvement.

Guillaume le Blanc, dont on connaît le travail philosophique sur la vulnérabilité sociale, l’exclusion, l’étranger, reprend, au pas claudiquant de Charlot, ses thématiques et, dans son élan, leur donne une ouverture vitale. 
Car il ne s’agit pas ici seulement d’empathie avec une humanité minuscule et surnuméraire, mais d’affirmer sa force vitale : tenter de vivre hors des normes du monde commun, c’est, pour le philosophe, « l’hypothèse Charlot ». 
Elle vaut insurrection."

Guillaume le Blanc 
 

# Charlot # Conte pour enfant # Charly Chaplin # Thierry Debroux # Théâtre Royal du Parc