Seniorsmag.be

Rejoignez-nous
Sur les traces de 8 écrivains au Royaume-Unis

Sur les traces de 8 écrivains au Royaume-Unis

2018-11-19 12:50:33 – Cerise

Sur les traces de 8 écrivains au Royaume-Unis Évasions Vous êtes féru de littérature anglaise ? Vous aimez voyager ? Deux bonnes raisons de partir sur les traces de vos écrivains préférés! Découvrez la maison natale de William Shakespeare, le refuge d'Agatha Christie, la demeure d’Arthur Conan Doyle, la maison familiale de Charles Dickens, le quartier londonien de George Orwell ou encore le manoir de Rudyard Kipling dans le Sussex de l'Est. Alliez voyage, découverte au bonheur de mettre ses pas dans ceux de ces auteurs mythiques. On vous guide...

William Shakespeare à Stratford-upon-Avon

Il est possible de visiter la maison qui a vu naître et grandir le dramaturge anglais avant qu'il ne parte pour Londre. Située à 150km de la capitale dans Henley Street, à Stratford-upon-Avon. Tout a commencé là en 1564. Dans une maison à colombages de cette artère animée d’une ville du Warwickshire, William Shakespeare poussa son premier cri. Cette demeure classique du XVIe siècle, où l’on n’imaginait certainement pas la fabuleuse postérité qui attendait le nouveau-né, est devenue l’une plus célèbres maisons d’Angleterre. Transformée en musée, elle abrite du mobilier d’époque et un jardin d’herbes aromatiques de l’époque Tudor. La ville pourrait tout aussi bien s’appeler “Shakespeare-upon-Avon” car on y trouve le joli cottage d’Anne Hathaway (l’épouse du dramaturge), la Mary Arden’s House (maison de sa mère) et le théâtre de la Royal Shakespeare Company, qui perpétue son héritage littéraire.
La Royal Shakespeare Company est installée dans deux salles de Stratford : le RSC Theatre et le Swan Theatre ; voir la programmation sur www.rsc.org.uk.

En ville et alentours, six lieux « shakespeariens » sont à visiter : 

Le premier est la maison natale de l’écrivain, longue demeure du 16ème s. meublée comme à l’époque. Des guides-acteurs costumés font le show dans le jardin. 

Plus loin, vous découvrirez Nash’s House et Hall’s Croft. Près de la première (où vécut la petite fille de Shakespeare), l’auteur acquit une somptueuse demeure, alors la plus grande de la ville, signe de sa fortune. De la demeure, bâtie en 1483, où Shakespeare se retira, il ne subsiste que les fondations. Le site a été réaménagé en 2016 : jardin contemporain, petite exposition sur la vie de la famille. Un jardin à l'identique de celui de Shakespeare est en cours d'aménagement. Mitoyenne, la maison de Thomas Nash, mari de la petite-fille de Shakespeare, abrite une exposition relative aux éditions des oeuvres de ce dernier, à vie locale sous les Tudors. 

La seconde, splendide dans son jus 17ème s., fut celle de sa fille Susanna. Tout près se trouve Holy Trinity Church, où le dramaturge repose avec une partie de sa famille, site de pèlerinage obligé.

Reste à quitter Stratford pour découvrir Anne Hathaway’s Cottage, maison natale de son épouse et Mary Arden’s Farm, demeure de la mère de Shakespeare. 
Une incursion campagnarde agréable, entre collines basses et prairies grasses. Les spécialistes apprécieront. 

: Henley St, Stratford-upon-Avon CV37 6QW, Royaume-Uni

Que faire dans la région?

  • Visiter le château de Warwick : Du 24 novembre au 31 décembre. Noël est la période idéale pour visiter ce château où divers spectacles sont programmés pour les plus jeunes et les adultes. Inscrivez-vous en ligne pour "Des Histoires avec le Père Noël" qui vous contera des histoires de Noël, accompagné de ses Elfes. Dès 3 ans, 16,50£. Ou encore participez à une Chasse au Trésor dans les jardins du château. Découvrez une foule d'indices qui vous mèneront à la récompense finale. Autre activité : "Un mariage d'hiver" dans la tour Princess, rejoignez la princesse Felice, le véritable amour de Guy of Warwick, pour l'aider à résoudre les énigmes de Noël et à réunir le couple à temps pour leur mariage hivernal. De plus, émerveillez-vous au Winter Birds of Prey Show deux fois par jour avec les magnifiques et puissantes créatures du château plongeant au-dessus du parc du château. Tout est inclus dans le prix d'entrée du château. (14£ en ligne sur www.warwick-castle.com)
  • La Ferme aux papillons de Stratford : Promenez-vous parmi les papillons parmi les plus beaux et les plus colorés du monde dans un environnement de forêt tropicale unique composé de fleurs tropicales, de cascades et de piscines remplies de poissons. Dans la zone de découverte, observez le cycle de vie incroyable d'un papillon. Dans le cas émergent, vous pourrez même apercevoir une éclosion de papillon de sa nymphe! Minibeast Metropolis regorge de vie et abrite une variété de créatures merveilleuses et une étonnante colonie de fourmis coupeuses de feuilles, l'une des plus grandes au Royaume-Uni!

À Londres

Théâtre du Globe, Londres, Angleterre

Le Globe, construit à Southbank, à Londres, en 1599, fut l’un des tout premiers théâtres de la ville – dont Shakespeare était l’un des actionnaires. Il brûla en 1613, pendant une représentation d’Henry VIII (les canons sur scène et les toits de chaume ne font pas bon ménage). Bien que reconstruit à la hâte, il fut démoli en 1644 pour céder la place à des logements. Les croquis du théâtre sont rares. D’après les meilleures approximations, c’était un polygone à ciel ouvert de 20 côtés construit avec des lattes de bois et de l’enduit à la chaux. En 1997, toutes ces idées et estimations ont été rassemblées pour édifier un tout nouveau Globe Theatre, inauguré à seulement 230m du site de l’original.
La saison théâtrale du Globe court d’avril à octobre ; exposition et visite guidée du site toute l’année (www.shakespearesglobe.com).
: Le nouveau Globe Walk de Shakespeare, 21 Bankside -  London SE1 9DT 

Jane Austin à Chawton

Jane Austen a vécu ses huit dernières années dans ce charmant cottage, niché dans un village proche de Winchester dans le Hampshire: Chawton. C’est là qu’elle retoucha et publia de façon anonyme les œuvres qui l’ont rendue célèbre: Raisons et Sentiments, Orgueil et Préjugés, Mansfield Park et Emma. Aujourd’hui, la maison a été transformée en musée.

Le Jane Austen House Museum de Chawton est pratiquement un lieu sacré pour les fans. Mais même si vous n'êtes pas très familier de son œuvre, cette demeure du XVIIe siècle nichée dans un village idyllique est fascinante. Après sa mort, Jane Austen fut enterrée dans la cathédrale voisine de Winchester, un imposant édifice gothique qui mérite également une visite.

Comment s'y rendre : Des trains relient régulièrement la gare londonienne de Waterloo à Alton, dans le sud-est de l'Angleterre, où se trouve la maison. Le voyage dure 1 heure et 15 minutes.

À visiter également lors de votre passage à Chawton, la Chawton House Library, manoir-bibliothèque de l'époque élisabéthaine (fin XVIe-début XVIIe s.) qui abrite une collection fascinante dédiée aux femmes de lettres de la période allant de 1600 à 1830. Outre de nombreux portraits et objets associés à la famille Knight, la maison propose également des portraits de femmes écrivains, dont beaucoup sont célèbres à l'époque. Vous pourrez également profiter d'un affichage sans cesse renouvelé d'œuvres de la collection unique d'écrits de femmes de la bibliothèque.

Faites une halte au Vieux Salon de Thé , "The Old Kitchen", construite en 1592, elle était au cœur d’un groupe d’espaces où les serviteurs effectuaient leur travail, notamment l’arrière-cuisine, la cave à vin, le garde-manger, la maison de puits et la salle des pompes. Profitez de plusieurs caractéristiques d'époque tout en prenant un thé, comme au début de l'époque victorienne, dans une alcôve en brique. Vous y decouvrirez une vieille commode géorgienne, une bouilloire en cuivre et deux moulins à café fixés à un poteau en bois au dessus du plan de travail. La table étroite date du XVIIIe siècle et a été usée par des siècles de coupe et de récurage sur une surface inégale. La vieille cuisine se trouve au rez-de-chaussée, au bout du passage des serviteurs. Il y a des sièges supplémentaires dans la cour, qui offre une vue imprenable sur la terrasse de la bibliothèque et les jardins. 

«Edward va très bien et s'amuse comme tout ce qu'Austen, originaire du Hampshire, peut désirer. - Il parle de faire un nouveau jardin… »

Jane Austen, 1813

Le Jardin de Chawton House Library que Jane Austen fréquentait régulièrement et, où, certains pensent que l'abbaye de M. Knightley à Donwell, dans Austen Emma, était inspirée de Chawton House. Les terrains ont été restaurés dans le style de paysage anglais popularisé par Lancelot «Capability» Brown à la fin du XVIIIe siècle. Les jardins disposent de deux terrasses construites par Montagu Knight au début des années 1900 et témoignent de l'influence de Sir Edwin Lutyens, un ami intime.

Le point culminant du terrain est le jardin clos de murs, construit par Edward Austen, et mentionné dans les lettres de Jane Austen. Le dernier-né de Walled Garden est le Elizabeth Blackwell Herb Garden, inspiré de "A Curious Herbal" (1737-9) d'Elizabeth Blackwell , un guide sur les différentes plantes et leurs utilisations en médecine. Ce travail remarquable comprend les gravures détaillées de Blackwell, qu'elle a individuellement coloriées à la main. Les jardins comportent également un Fernery et un Arbuste - ce dernier était généralement l'endroit où les dames de la maison faisait de l'exercice physique à l'époque de Jane Austen.

«On aime aller dans un arbuste par beau temps.»

Mme Bertram dans le parc Mansfield de Jane Austen , 1814.

Tarifs : Visite de la maison et des jardins - Adulte 6£ - moins de 16 ans 4£ - moins de 6 ans gratuit - Seniors 7£.

chawtonhouse.org

Oscar Wilde dans le quartier londonien de Chelsea

"Le monde est un théâtre, mais la pièce est mal distribuée"

Le 29 mai 1884, Constance Lloyd, une jeune femme belle, intelligente, sensible, maîtrisant plusieurs langues européennes et dotée d’un sens aigu de la justice, épouse Oscar Wilde. Ils s’aiment, partagent la même passion pour la littérature et se découvrent un point de vue commun sur l’art et la beauté. Ils s’installent dans la "Maison Merveilleuse" à la décoration subtile, lumineuse et raffinée qui tranche avec la mode victorienne en vigueur. La mère de l’écrivain résidait elle-même dans Oakley Street, leur proximité géographique leur permettait de se voir régulièrement. A l’époque, la rue est fréquentée par bon nombre de peintres et d’écrivains (John Singer Sargent, James McNeill Whistler, Augustus John, Frank Miles), toute la bohème victorienne. Au sein de cette fourmilière artistique, Oscar raconte qu’un matin, il a assisté à l’arrivée d’Ellen Terry dans le flamboyant costume de Lady Macbeth pour une séance de pose dans l’atelier de Sargent et quelle vision !

Cette maison est le point d'ancrage de sa vie d'adulte, située dans Tite Street cette "House Beautiful" est décorée par l'architecte à la mode Edward Godwin dans le plus pur style esthétique, mâtiné d'influences whitleriennes et japonisantes, située dans Chelsea, quartier de Londres à la fois chic et bohème. Au 16 Tite Street, s'élève la demeure cossue d'un homme rangé en apparence, bien établi dans la société, le mariage et la paternité, la maison prospère, gracieuse et raffinée qui couronne la réussite d'un artiste dont la renommée et la fortune ne cessent de croître. Tite Street est indissociable du bonheur familial de Wilde, de ses fulgurants succès. Quand le malheur le frappera en même temps que la ruine, il en sera chassé comme Adam de l'Eden après la chute.

L'intérieur esthétique était éclectique, reposant sur différentes cultures et périodes, l'architecture "Queen Ann", les mosaïques mauresques, les draperies de la Renaissance. La "House Beautiful", reflet de cet art nouveau,  comportait des cheminées aux manteaux décorés avec raffinement, de magnifiques collections de porcelaines. Les couleurs principalement utilisées étaient le vert olive, le bleu paon et l'or. Les plumes de paon, les tournesols et les lys étaient utilisés à foison pour les décors des papiers peints, textiles et décors en terracotta, mosaïques et verreries. Dans la maison de Wilde, la peinture blanche à haute brillance était partout, ce qui contrastait fortement avec les intérieurs victoriens de l'époque plutôt sombres. Seule la bibliothèque, où Wilde écrivait, était de style mauresque et de couleur bleu foncé et or.

À l'heure actuelle, l'intérieur de la "House Beautiful" de Wilde n'existe malheureusement plus. Tout a été dispersé et vendu aux enchères lors de son emprisonnement.

 Site officiel d'Oscar Wilde

À faire dans le quartier

  • Visitez "Hatchard’s Library" la plus ancienne librairie de tout le Royaume-Uni qui a ouvert ses portes en 1797. Un endroit important puisque c’est ici qu’Oscar achetait ses livres. S’il a hanté les murs à l’époque où il vivait à Londres, le dramaturge occupe aujourd’hui une large place sur les étagères…www.hatchards.co.uk

  • "The Langham Hotel" : C’est dans ces murs que fut donnée la chance d’écrire deux chefs-d’œuvre de la littérature à deux jeunes écrivains encore inconnus : Oscar Wilde et Sir Arthur Conan Doyle. C’est le 30 août 1889, dans le quartier de Marylebone que Joseph Marshall Stoddart, éditeur américain du magazine littéraire Lippincott va passer commande de deux œuvres policières. Sir Arthur Conan Doyle, grand ami de Wilde, écrira "Le Signe des Quatre" publié en février 1890, second tome des aventures du célèbre détective Sherlock Holmes. Oscar écrira "Le Portrait de Dorian Gray" publié en juillet de la même année. Les références de Wilde à l’homosexualité dans cette œuvre ne seraient que les prémisses du scandale qui allait suivre…www.langhamhotels.com

  • The Savoy Hotel London : Ouvert en 1889, Le Savoy est réputé pour être le premier grand hôtel de luxe du pays alimenté en électricité et eau chaude courante. D’autres personnalités fréquentèrent l’hôtel en leur temps : Claude Monet, Sarah Bernhardt, Charlie Chaplin, Gabrielle Chanel, Winston Churchill… C’est ici que se rencontrèrent Laurence Olivier et Vivien Leigh. C’est dans ses murs qu’Oscar entretint sa passion pour Lord Alfred Douglas et d’autres jeunes gens rencontrés au hasard des rues. « M’accompagneriez-vous au Savoy Hotel ? » Cette phrase rapportée par Charles Parker, jeune prostitué, lors du procès de Wilde pour crime de sodomie donna définitivement à l’hôtel un parfum de scandale. Les deux hommes occupaient des chambres communicantes au troisième étage (les 346 et 362). Certains employés de l’hôtel, comme la femme de chambre Jane Cotter, furent appelés à la barre afin de témoigner lors du procès. Aujourd'hui, le bar, typique des années 30, est idéal pour se poser tout en sirotant l’un des cocktails réputés de l’établissement. www.thesavoylondon.com

  • Theatre Royal Haymarket : C’est sur la scène de ce théâtre qu’eut lieu la première "d’Une Femme sans Importance" (19 April 1893) et celle "d’Un Mari idéal" (3 janvier 1895) C’est après 124 représentations de cette dernière pièce que Wilde fut arrêté et son nom retiré de l’affiche. Aujourd'hui, une des salles du théâtre porte son nom. www.trh.co.uk

Rudyard Kipling dans le Sussex de l'Est

Rudyard Kipling, à qui l’on doit notamment "Le Livre de la Jungle", sa femme et ses enfants ont élu domicile en 1902 au manoir de Bateman’s, dans le Sussex de l’Est. Cinq ans plus tard, l’écrivain recevait le Prix Nobel de littérature.

C'est à quelque 25 km au nord d'Hastings, dans une oasis de verdure, que se dresse Bateman's, la propriété de Rudyard Kipling, aujourd'hui aménagée en musée. Le poète et auteur a grandi en Inde, suivi une courte formation en Angleterre avant de retourner en Inde pour y travailler comme journaliste. En 1902, il est revenu à Bateman's pour y agrandir le manoir. Il y a passé les trente dernières années de sa vie et y a écrit ses principales oeuvres. Toute la maison respire l'ambiance de l'Empire britannique. Dans le sombre cabinet de travail, on peut découvrir sa machine à écrire, ainsi que des maquettes de navires de guerre de l'amiral Nelson, des figurines représentant des saints, ainsi que des raquettes ramenées par Kipling de ses vacances de ski passées en France, et une peau d'ours. Dans le garage, on peut encore admirer la Rolls-Royce avec laquelle l'illustre écrivain aimait à se balader.

George Orwell

George Orwell a vécu de nombreuses années à Notting Hill, célèbre quartier de Londres riche et aseptisé (au niveau de Westbourne), mais où l'on trouve aussi la trépidante et populaire Portobello Road. La spécialité de cette très longue rue est la brocante, tout ici rappelle les Indes. Passé Colville Terrace, Portobello se fait plus dense, plus colorée aussi. Les brocanteurs se mélangent aux maraîchers. C'est au numéro 22 que se trouve la maison de l'écrivain. Elle ne se visite pas, seule une plaque rappelle la présence de George Orwell au début du XXème siècle.

George Orwell posa ses valises, en 1946, dans la ferme de Barnhill, sur l’île de Jura (Ecosse), où la légende raconte que 5500 cerfs rouges cohabitent avec 180 habitants. C’est ici aussi qu’est produit un fameux single malt que les spécialistes apprécient pour son goût non tourbé.  Isolé dans sa ferme, Orwell va y écrire son chef-d'oeuvre, «1984». Il se repose de son travail d’écriture par des travaux agricoles et manuels. L’écrivain devient un fermier; il achète une vache, des oies «aussi casanières que le cochon», observe les phoques et tue d’un coup de fusil les lapins qui s'approchent trop près de son canon.

Louer la ferme à Barnhill www.escapetojura.com (1000£ la semaine)

Charles Dickens 

La maison londonienne à Nothinghill

Charles Dickens et sa famille vécurent au 48 Doughty Street, à Londres, de 1937 à 1939. À l’époque, il s’agissait d’une rue privée. Durant cette période, l’écrivain a publié les Pickwick Papers, Oliver Twist et Nicholas Nickelby. Aujourd’hui, la maison de l’auteur a été transformée en musée.

Un évènement au musée:

Un évènement organisé pour les familles (enfants de 6 à 12 ans), le dimanche 2 décembre pour célébrer le début de l'Avent. Des arbres de Noël aux biscuits de Noël, de l'oie rôtie au pudding aux prunes, voyez, entendez et sentez Noël comme il aurait été pour Charles Dickens et sa famille grandissante alors qu'ils vivaient ici à Bloomsbury dans les années 1830. Vous explorerez la maison où vivaient Dickens et sa famille et verez comment ils ont célébré Noël il y a 180 ans. Vous entendrez une histoire de fantômes de la veille de Noël qui pique les épines, exactement comme les enfants de Dickens auraient pu l'écouter. Vous ferez vos propres cartes de Noël victoriennes à emporter à la maison.

Tarif : 6£, Durée : 1h30' Réservez vos billets ICI

Le Dimanche 2 décembre - à 11h, 13h et 15h

dickensmuseum.com

Gat's Hill dans le Kent

Mais c'est surtout dans le "Jardin de l'Angleterre", le Kent, ce comté bordé au Nord par la Tamise et au Sud par la Manche, que de nombreux britanniques illustres ont élu domicile. Et Charles Dickens n'échappe pas à la règle. La famille Dickens s'y installe en 1812, alors que Charles a 5 ans. Et c'est à Gat's Hill, la maison de Rotchester que l'écrivain y terminera sa vie en 1870. Le Kent de Dickens commence à Broadstairs, une petite station balnéaire un peu assoupie, sur la côte Est de l'Angleterre. C'est là que se trouve le Dickens Museum, un cabinet de curiosités dans sa maison de style Tudor, là où vécut Mary Pearson Strong, la femme qui servit de modèle au personnage de la Tante Betsey Trotwood dans David Copperfield. Eddie Ault, le mari de l'actuelle propriétaire y propose des visites guidées, avec le plus pur accent cockney. Grand amateur de Dickens, monsieur Ault aurait pu figurer parmi les personnages de l'écrivain!

Bleak House à Broadstairs

Un peu plus loin se dresse un manoir majestueux. Datant des années 1790, la bâtisse s'appelle Bleak House, dont il écrivît un roman éponyme. C'est là qu'il séjournait quand il ne pouvait descendre dans son hôtel favori à Broadstairs, The Albion.

Dickens World à Chatham

Pour marcher dans les pas de l'écrivain, il faut pousser jusqu'à Chatham, au Chatham Royal Marines où à travaillé son père.

On gagne ensuite Rochester, où l'écrivain passa les dernières années de sa vie. La rue principale, la High Street, est jalonnée des lieux qui l'inspirèrent. La Six Poor Travellers' House abritait les pauvres et servit de modèle à "The Seven Poor Travellers" titre de l'auteur. L'Eastgate House est le manoir élisabéthain des "Papiers posthumes du Pickwick Club" et du "Mystère d'Edwin Drood". Restoration House, devenue Satis House, un bâtiment en briques rouges, austère, a servi de demeure à Miss Havisham (Les Grandes Espérances). Enfin, à deux pas de là, The Vines est le jardin public rendu célèbre par Pip dans Les Grandes Espérances. Tandis que Minor Canon Row et la cathédrale de Rochester sont les hauts lieux du Mystère d'Edwin Drood, le dernier roman (inachevé) de Dickens.

C'est à Higham que se trouve Gad's Hill Place. Enfant, alors qu'il l'avait vue pour la première fois, en compagnie de son père, Dickens avait rêvé de posséder cette vaste et élégante demeure. Comment aurait-il pu deviner alors qu'il y vivrait ses derniers instants ?

En sortant de Gad's Hill, devenue une école privée, on se promènera dans les rues de Higham où tout rappelle l'univers du romancier : depuis le Fagin's Café (Oliver Twist), jusqu'au Taste of Two Cities, en passant par Topes Restaurant, un restaurant moderne et élégant dans un bâtiment du XVIe siècle qui inspira quelques scènes du Mystère d'Edwin Drood.

Plus d'infos sur l'Office du Tourisme du Kent

Sir Arthur Conan Doyle de Londres à Crowborough

Né à Édimbourg, en Écosse, le 22 mai 1859, cet élève des jésuites rejette le christianisme et, à dix-sept ans, entame des études de médecine. C’est ainsi qu’il rencontre Joseph Bell, professeur en chirurgie, à qui il rendra hommage en ces termes : « C’est très certainement à vous que je dois Sherlock Holmes. Autour des notions de déduction, d’inférence et d’observation que je vous ai entendu enseigner, j’ai tenté de construire un homme. » Durant ses études, il publie anonymement deux nouvelles dans le Chambers’s Edimburgh Journal. En 1881, diplôme en poche, il s’engage comme médecin de bord sur un navire à destination de l’Afrique. Mais une tempête, un incendie, puis la malaria l’incitent à une pratique plus paisible de son art. Il s’installe alors en qualité d’ophtalmologue à Southsea, près de Portsmouth, dont la clientèle clairsemée lui laisse tout loisir d’écrire… mais non de publier. C’est Louise Hawkins, la sœur d’un de ses rares patients, qu’il épouse en 1885 et qui lui donnera deux enfants, qui le pousse à persévérer.

En 1891 les six premières "Aventures de Sherlock Holmes" ont été publiées dans le magazine Strand de George Newnes, une publication mensuelle très appréciée de Londres.

En 1892, au début de sa carrière d’écrivain, Arthur Conan Doyle s’installe avec sa famille dans une jolie demeure dans la Tennison Road, à LondresBien que Sherlock Holmes ait été créé auparavant pour des nouvelles, ce personnage fictif a captivé l’imagination du public. À tel point que, lorsqu'il a supprimé les abonnements de Holmes au magazine Strand, il est tombé de manière dramatique. Il a ressuscité le personnage et Holmes est devenu connu dans le monde entier comme le plus grand détective vivant.

C’est à Tennison Road, Norwood, que de nombreuses histoires de Sherlock Holmes ont été écrites. C’est là qu’il écrivit 21 histoires de Sherlock Holmes. L’auteur et ses proches vivront dans cette maison jusqu’en 1894, avant de déménager en Suisse, puis à Crowborough, une petite ville rurale, située en Angleterre.

Sur les traces de Sherlock Holmes en Angleterre

Un détour par Meiringen en Suisse

Il faut quitter l’Angleterre pour se rendre sur le lieu du dernier combat entre Holmes et son ennemi Moriarty. Les chutes du Reichenbach sont situées près de Meiringen dans le canton de Berne où l’on y trouve aussi une plaque commémorative, une statue de Sherlock en train de fumer sa pipe ou encore un musée dédié au personnage littéraire, situé dans une église anglaise.

  • Les chutes du Reichenbach : Les eaux tumultueuses des chutes de Reichenbach ont montré la voie aux ingénieurs audacieux lorsqu’ils ont posé les rails pour le téléphérique d’usine en 1899. La Nostalgiebahn, avec sa voiture en bois de 24 places fidèlement reconstruite, est à égalité avec le ruisseau sauvage et les puissantes chutes de Reichenbach, hautes de 120 mètres. Non loin de la station de montagne, trois terrasses offrant une vue imprenable sur la cascade et le Haslital. Pour les fans de Sherlock Holmes, ce voyage est presque un must. Ici, le célèbre détective a mis au défi son ennemi juré, le professeur Moriaty, de se battre.
  • Le Musée Sherlock Holmes : Le musée a ouvert ses portes le 4 mai 1991, à l'occasion du centième anniversaire de la mort de Sherlock Holmes, sous le parrainage et en présence de la Sherlock Holmes Society of London ainsi que Dame Jean Conan Doyle, fille de l'auteur de enquêtes de Sherlock Holmes, dans l'église anglaise de Meiringen. Le Musée expose une collection d'objets authentiques concernant Sir Arthur Conan Doyle, Sherlock Holmes ainsi que l'époque victorienne. Signalons en particulier la salle de séjour de Sherlock Homes et du Dr. Watson au Baker Street 221B, Londres, minutieusement reconstituée selon les indications des livres.
  • 221B Baker Street  : La mythique adresse de l’appartement londonien de Sherlock Holmes et du docteur Watson est, en vérité, une invention de Conan Doyle. Ou plutôt, Baker Street existait bien, mais pas le numéro 221. Si l’adresse véritable de Sherlock Holmes est un mystère, c’est au n°239 de cette même rue que l’on trouve le Sherlock Holmes Museum  qui comporte le n°221B au-dessus de la porte d’entrée. À l’intérieur, une reconstitution de l’appartement ainsi qu’une boutique cadeau pour entrer en possession d’objets Holmesien

  • Sherlock Holmes Pub and Restaurantau 10 Northumberland Street, tant qu’à bien faire les choses, autant prendre son repas en restant dans l’ambiance dans ce restaurant possédant une décoration thématisé. Cela ne s’arrête pas là, car se trouve à l’étage une reconstitution du bureau de Sherlock Holmes.

    Enfin, signalons que c’est là que se trouve The Northumberland Hotel, nom de l’hôtel où s’arrête Sir Henry Baskerville dans "Les Chiens de Baskerville".
  • The Criterion au Piccadilly Circus : Le restaurant où Watson rencontre Holmes dans " Une étude en Rouge".  

  • Collection Sherlock Holmes à la Westminster Reference Library La bibliothèque accueille une exposition liée à Sherlock Holmes  où l’on peut y voir des photographies, des extraits de journaux et plus en rapport avec le fameux détective. Sur rendez-vous.

  • The Langham Hotel  Une partie de l’action dans "Un scandale en Bohème" & "Le Signe des quatre" y prend place.

  • Darmoot, Devon – C’est là où Conan Doyle a placé l’action des "Chiens de Beskerville" et quoi de mieux que faire une visite guidée pour découvrir l'endroit, et ne rien rater. 

  • La statue de Sherlock Holmes à Picardy Place, Edimbourg : C’est dans la capitale écossaise qu’est né et a grandi Sir Arthur Conan Doyle. Il paraît alors tout à fait normal que l’on y trouve une des plus emblématiques statue du détective. De passage à Edimbourg, vous pouvez visiter le Surgeons Hall Museum sur Nicolson Street au cours de l’été, c’est là que Doyle a rencontré le docteur Joseph Bell qui servira d’inspiration pour Holmes.

  • Le Musée Sherlock Holmes à la Maison Rouge de Lucens : tant qu’à être en Suisse, autant se rendre également au second musée du pays consacré à Holmes, et plus précisément à l’œuvre de Conan Doyle. Créé par son fils  au château de Lucens, celui-ci a été réaménagé en 2001 dans la Maison Rouge. On y trouve bien entendu des livres et autres objets liés à Sherlock Holmes, mais aussi une reproduction du salon de Holmes et Waston, des meubles et des affaires à Conan Doyle.

  • Profitez d'une visite guidée sur le thème de Sherlock Holmes : le vendredi à 14h : www.walks.comwww.getyourguide.frwww.viatorcom.frwww.visitbritainshop.comwww.escapadesalondres.com...

Agatha Christie dans le Devon

La maison natale de la reine du crime a disparu, mais Greenway House, un domaine acheté en 1938 avec son 2e mari, surplombe toujours la rivière Dart. Le refuge d’Agatha Christie se trouve au sud-ouest de l’Angleterre, dans le comté du Devon, sur la Greenway Road.

Le Devon, hante l'œuvre d'Agatha Christie. Quarante ans après la disparition de la romancière, voyage en territoire christien.

Faulkner avait le Mississippi, Jim Harrison le Montana, Modiano Paris et Pagnol la Provence. Agatha Christie, elle, avait son cher Devon. La fameuse English Riviera où le Gulf Stream apporte un climat d'une douceur unique en Angleterre : partout, des palmiers et des fleurs égayent une côte désuète bordée de plages de sable blanc.

L'écrivain aux deux milliards de livres vendus (seuls la Bible et le Coran font mieux), et dont il se vend encore cinq millions de romans par an, n'a cessé d'utiliser sa région natale pour planter le décor de ses nombreux crimes. 

C'est depuis le minuscule aéroport d'Exeter, où l'on arrive en avion à hélices, que l'on rejoint Torbay, appellation officielle d'une région couvrant, du sud au nord, les villes de Brixham, Paignton et surtout Torquay, où l'amateur de l’œuvre de la grande dame du crime se rend en premier lieu. Car c'est là que tout a commencé.

Centre névralgique de l'univers d'Agatha Christie, station balnéaire très en vogue du temps où l'auteur y vécut, c'est aujourd'hui une ville paisible, modeste, principalement habitée par des retraités venus du nord du pays qui en apprécient le climat. Le bas de la ville, qui longe la mer, est assez modeste, mais les collines surplombant le nord de la ville au-dessus de Babbacombe Beach révèlent des quartiers bourgeois à l'architecture charmante. C'est dans ce coin, par exemple vers le superbe hôtel Osborne, qu'Agatha Christie aimait aller se baigner à Meadfoot Beach, sa plage favorite.

Torquay, sa ville natale, est un musée à ciel ouvert

Agatha est née Miller, à Torquay, le 15 septembre 1890. Pour ses lecteurs, Torquay est un musée à ciel ouvert: plusieurs de ses romans (Drame en trois actes, Mrs. McGinty est morte, Témoin indésirable, Le Cheval à bascule, L'If et la Rose, Meurtre au soleil) se passent dans sa ville natale et Poirot et Miss Marple y prenaient le thé à The hôtel Imperial où l'auteur allait danser. L'Imperial, superbe bâtiment dominant la mer, construit en 1866 et fréquenté par le roi Edouard VII comme par Napoléon III, a plus tard été recouvert d'une coque de ciment par un architecte dément, et la terrasse où Agatha prenait le soleil a été transformée en extension moderne.

À l'intérieur, en revanche, le touriste peut encore admirer la salle de bal et le hall d'époque. Agatha Christie utilise le lieu dans trois de ses romans: La Maison du péril, Un cadavre dans la bibliothèque et La Dernière Enigme. Un peu plus loin, Princess Gardens, où l'écrivain aimait à se promener, a illustré des scènes d'A.B.C. contre Poirot. Toujours face à la mer trône le merveilleux Grand Hotel qui, n'a pas été massacré. C'est là qu'Agatha passa sa lune de miel, le 24 décembre 1914, avec son premier mari, le lieutenant Archibald Christie, aviateur du Royal Flying Corps, dont elle divorcera en 1928. Le Grand Hotel, avec sa vue sur la mer, son bar superbe et ses vastes chambres - la suite Agatha Christie est à recommander - offre un charme vintage garanti. Et tant que vous y êtes n'hésitez pas à parcourir le Sentier Littéraire Agatha Christie qui vous en apprendra encore un peu plus sur la célèbre romancière. 

À quelques minutes en voiture au nord du Grand Hotel, vous arriverez au village féerique de Cockington Court. Un hameau de maisons à toit de chaume sorti d'un rêve où Agatha avait des amis, les Mallock, chez qui elle se rendait pour faire l'actrice dans des pièces de théâtre amateur. Le lieu est magique, enserré dans la campagne d'un vert quasi fluorescent, et la petite route menant de Torquay au village, sillonnant sous un arc de végétation - au Royaume-Uni, on n'a pas coupé les arbres de part et d'autre du bitume et, fréquemment, leurs branches se rejoignent, donnant aux automobilistes l'impression jouissive de rouler dans un tunnel de verdure -, est un enchantement en soi.

De retour sur les hauteurs de Torquay, une merveille: Kents Cavern, enfilade de grottes qui ont été habitées pendant plus de 350 000 ans, aux sculptures naturelles délirantes - on pense parfois être dans Alien -, où stalagmites et stalactites classiques formées il y a deux millions d'années voisinent avec des formes organiques cauchemardesques impeccablement mises en valeur: c'est l'un des plus beaux sites paléolithiques au monde. Agatha, que l'endroit avait frappée, le met en scène dans L'Homme au complet marron.

 

Pour marcher dans les pas de l'écrivain il s'agit de longer la côte vers le sud

 

Ignorer Paignton, sans intérêt, et visiter Brixham, adorable petite ville encaissée qui est aujourd'hui, malgré ses airs modestes, l'un des plus importants ports de pêche en Angleterre. C'est ici que Guillaume d'Orange, futur roi Guillaume «William» III, a accosté avec son armée hollandaise le 5 novembre 1688. Agatha Christie s'y rendait régulièrement pour faire ses courses au fameux marché aux poissons. Pour ce faire, elle prenait un train à vapeur et descendait à la station de Churston (qui apparaît dans Poirot joue le jeu), à côté de Brixham. La ligne, fermée en 1963, est rouverte aujourd'hui: un train à vapeur impeccablement conservé dans son jus et entretenu par des bénévoles perpétue la tradition et transporte les voyageurs en longeant la côte jusqu'à Dartmouth, la plus belle ville du Devon, non loin de laquelle Agatha Christie acheta en 1938 sa vaste propriété lorsqu'elle devint célèbre…

Étendue de part et d'autre de la large rivière Dart, Dartmouth se différencie par ses deux rives: sur la rive nord, d'anciennes habitations de pêcheurs multicolores en plusieurs gammes pastel surplombent le fleuve. Sur la rive sud, à quelques centaines de mètres de l'imposant Britannia Royal Naval College, où la reine Elisabeth II a rencontré Philip Mountbatten, futur duc d'Edimbourg, des quais pavés et, derrière, des maisons à colombages somptueuses datant des XVe et XVIe siècles. C'est sur cette rive, au Royal Castle Hotel (dont l'histoire remonte à 1639!), que l'écrivain résidait avant l'achat de Greenway, et l'endroit apparaît sous le nom de Royal George Hotel dans Témoin indésirable. Pour passer d'une rive à l'autre, les voitures embarquent sur une barge pour un trajet de deux minutes: ici, l'idée ne serait venue à personne de construire un pont…

La ville est un havre où l'on aimerait passer plusieurs mois: c'est la perle du Devon. A côté, la chère Torquay d'Agatha passe pour une cité moderne, et on comprend aisément, en la visitant, que l'auteur ait décidé de s'y installer. Mais l'écrivain n'allait pas s'établir en ville avec son second mari, l'archéologue (qui lui transmit l'amour de sa science) Max Mallowan.

 

Greenway, une belle propriété de style géorgien. Pour le fan, c'est une étape obligatoire

Vivant désormais à Londres, la star du roman policier se choisit une belle propriété de style géorgien installée dans un domaine délirant, qu'elle connaît depuis son enfance, pour en faire leur résidence d'été. Grâce au succès phénoménal qu'elle rencontre dans les années 30, sans aucun doute sa période la plus fructueuse (Le Crime de l'Orient-Express, A.B.C. contre Poirot, Mort sur le Nil, Dix petits nègres), elle peut s'acheter Greenway, qui servira de décor aux romans Cinq petits cochons, L'Heure zéro et Poirot joue le jeu : dans ce dernier, la célèbre scène du crime se passe dans la Boathouse, petite maison donnant sur la rivière. Dominant la Dart, entourée de bois mais aussi de jardins et serres en tout genre, Greenway, léguée par le petit-fils d'Agatha, Mathew Prichard, à la National Trust, est aujourd'hui un musée permettant de visiter la maison de l'auteur telle qu'elle était lorsqu'elle y habitait.

Rien n'a changé, des cuisines aux toilettes en passant par la bibliothèque ou son bureau. Pour le fan, c'est une étape obligatoire (on peut désormais y résider, dans l'un des quatre cottages disponibles à la location), d'autant que le parc propose ensuite des balades hors du temps au-dessus de la Dart endormie. Pour la traverser, on sonne une cloche sur le quai et une barque à moteur surgit instantanément pour nous mener en face, dans le minuscule village à flanc de colline qu'est Dittisham (Gitcham dans Poirot joue le jeu). Un empilement de délicieuses petites maisons anciennes grimpant le long d'une étroite rue sinueuse et impraticable en voiture, au-dessus de la rivière. Dittisham est à ce point enchanteur que, désormais, le village entier appartient à de très riches et distingués propriétaires: les pêcheurs ont dû déserter. Dominant les flots, le pub Ferry Boat Inn (également connu via son acronyme FBI) et sa vue sur Greenway sur l'autre rive, est l'auberge idéale pour se rassasier après la visite de la glorieuse demeure.

Plus au sud, presque en Cornouailles, se situe le rêve de tous les maniaques d'Agatha: l'hôtel de Burgh Island. Cette splendeur Art déco trône sur une minuscule île de 8 hectares reliée à la côte par une bande de sable recouverte d'eau de mer plusieurs fois par jour.

Pour accéder à l'île, il faut grimper dans une sorte de tracteur aux pneus géants qui roule littéralement dans la mer le temps de quelques minutes. Arrivé sur place, une voiture embarque passagers et bagages pour les emmener à l'hôtel mythique. Pour les fans, Burgh Island est le lieu où se déroule Dix petits nègres (en Angleterre, le roman a été rebaptisé And Then There Were None, titre de l'édition américaine originelle : le politiquement correct est passé par là) ainsi que Meurtre au soleil. Un épisode de la série Hercule Poirot avec David Suchet y a été tourné. L'endroit est une folie: ici, le temps s'est vraiment arrêté…

Pour plus d'informations sur tous lieux cités dans cet articlewww.visitbritain.com

# William Shakespeare - George Orwell # Arthur Conan Doyle - Charles Dickens # Jane Austin - Agatha Christie # Oscar Wilde # Rudyard Kipling

© Roland Leon / Mirrorpix / Getty Images