Seniorsmag.be

Rejoignez-nous
Comment bien déguster le champagne?

Comment bien déguster le champagne?

2018-01-12 05:21:22 – Cerise

Comment bien déguster le champagne? Bien-être Ce breuvage des "Dieux" se déguste toute l'année et pas seulement en période de fêtes! Mais comment s'y prendre pour en tirer le meilleur profit? En faisant sauter le bouchon, à moins qu’on le sabre ? Et ces bulles, devraient-elles idéalement être servies frappées, dans une flûte ou une coupe ? La plus ancienne Maison de Champagne, la Maison Ruinart née en 1729, nous livre les secrets d’une dégustation plus que parfaite…


Dans le "Déjeuner d'huîtres", le célèbre tableau de Jean-François de Troy peint en 1735, les convives s'émerveillent de voir la mousse jaillir du flacon de champagne et son bouchon voler comme une fusée.
"Il part, on rit; il frappe le plafond" s'enthousiasme Volataire dans le Mondain en 1736...

Faire sauter le bouchon ?

Depuis, les amateurs ont aussi pris goût à l'art de maîtriser le bouchon et son exhubérance : le démuseler, le libérer délicatement d'une main sûre par petites pressions, fermes et lentes.

  • Qu'en conclure? De ces deux façons, l'explosive et la retenue, chacune a ses raisons. Écoutons notre goût ou notre humeur!

Á quelle température ?

Depuis que les vins de champagne sont effervescents (début du XVIIIè s.), on les boit assez froids, entre 6° et 8°. Vers 1830, il devint à la mode de le boire frappé : soit très froid, à 2° ou 3°C. Il est vrai qu'alors le vin était très édulcoré. En le refroidissant, on estompait sa saveur sucrée. Le flacon était servi dans un seau rempli de glace.

  • Aujourd'hui, on a rénoué avec les us et coutumes des premiers amateurs de vin à bulles et la température de 6° à 12°C pour certaines cuvées rosée.

Coupe ou flûte ?

La 1ère est arrondie, évasée, elle a le pied court : c'est le nénuphar.

La 2ème est mince, étroite, elle est tout en longueur : c'est la tulipe.

L'une, avec sa large surface au contact de l'air, perd vite en effeverscence. Elle était prisée il y 100 ans.

L'autre, avec sa tuyère, conserve sa vivacité et son bouquet. Elle existait bien avant, mais c'est en 1930 qu'elle détrône sa cousine! Depuis, elle règne, même si c'est toujours "une coupe" que l'on demande au comptoir.

Parfois, on lui préfère le verre à vin, qui déploie les arômes comme aucun autre...

Quelques cocktails au champagne:

Bellini

C’est l’un des cocktails italiens les plus connus. Originellement fait à partir de Prosecco (vin blanc sec et pétillant), il est également délicieux avec du champagne. Pour le Bellini, il suffit donc de mélanger du Champagne, quelques gouttes de sirop de sucre de canne et de la purée de pêches.

La Piscine

Si la Piscine n’est pas vraiment une recette à part entière, elle reste un modèle de snobisme pour déguster son Champagne. Il suffit juste d’ajouter des glaçons pour le rafraîchir au maximum. Seul conseil : versez d'abord le champagne puis rajouter les glaçons pour éviter qu'ils ne fondent trop rapidement.

Mojito Royal

La recette est simple : comme pour un mojito classique il vous faut du rhum blanc (6cl pour un verre), de la menthe, du sucre en poudre (2 cuillères à café), du citron vert. Seule variante: il faut remplacer l’eau pétillante de la recette de base par du champagne. Se décline également à la fraise, ...

Seau ou frigo ?

Rien ne vaut le rite sophistiqué du seau à glace avec son eau. La tradition dit : 30 à 50% de glace, le reste en eau. En 20 minutes, le champagne est à température. Si vous êtes très pressé, on ajoutera deux poignées de gros sel dans l'eau. 

À défaut d'une cave fraîche ou d'un seau, on aura recours au réfrigérateur. La tête sera couchée pour éviter des différences de température entre partie haute et basse.

  • Être prévoyant : comptez 2h30' pour 1 bouteille.
  • À éviter : le congélateur... Plus long que le seau (40 minutes) et beaucoup plus risqué puisque la bouteille peut exploser.

Sabler ? Boire d'un coup, d'une seule gorgée, disent les dictionnaires du XVIIIè s. Boire en abondance ajoutent ceux du XIXè s.

Sabrer ? Décapiter la bouteille à l'aide d'un sabre! La coutume en reviendrait aux hussards de la garde napoléonienne qui aimaient faire sauter le bouchon d'un élégant et viril revers de lame pour fêter une victoire. La formule est restée, synonyme de fêtes, de réjouissances et de panache.

On le conserve comment ?

A lire :

Le champagne en BD

"Dans les coulisses du champagne" de Max l'Hermenier & Benoît Blary aux Éd. Jungle. 14,95€.


Le champagne en coffret

"Coffret Champagne" Collectif aux Éd. Larousse. 45€.


Le champagne & l'Histoire

"Champagne & Chandeliers. Hommage aux grands dîners de l'Histoire." de Bernadette O'Shea aux Éd. Babelio. 39,50€.


Le champagne & la cuisine

"La cuisine au champagne" de Aline Faurie aux Éd. Magasin Pittoresque. 5,90€.

Les bouteilles couchées : Le champagne doit être conservé à l'horizontale pour favoriser l'humidification du bouchon de liège.  À défaut, le déssèchement du bouchon pourra entraîner une diminution de l'effervescence contenue dans la bouteille.

La température : elle doit être, si possible, basse et constante aux alentours de 10°C.

Le taux d'humidité : Aux alentours de 80%, l'hygrométrie est importante pour ne pas favoriser le déssèchement des bouchons.

La lumière : Malgré la couleur sombre des bouteilles, ne les protégeant que partiellement de la lumière, le champagne est particulièrement sensible aux ultraviolets, c'est pourquoi il est important de le conserver dans l'obscurité la plus totale. Rappelons qu'un champagne exposé aux UV peut développer un goût particulièrement désagréable, le "goût de lumière". Ce goût s'apparente à un goût de chou-fleur ou de caoutchouc. Il peut être provoqué par une exposition aux néons. Pour vous prémunir de tout celà, il est recommandé de garder le plus tard possible les champagnes à l'abri dans leur carton d'origine.

  • L'idéal, une cave enterrée. À défaut, une conservation à l'abri de la lumière, des bruits, des vibrations permettra aux vins de s'épanouir lentement dans de bonnes conditions.

Le service ?

Une seule rège simple pour accoplir ce rituel : servir lentement et régulièrement.

Il est conseillé de tenir la bouteille par le bas, ce qui évitera d réchauffer le vin le temps du service.

L'abondance de la bulle est en partie dûe à la présence ou non dimpuretés dans le verre. Si l'effervescence se révèle exubérante, n'hésitez pas à servir en plusieurs fois.

Le champagne se réchauffe rapidement, c'est pourquoi, il est conseillé de ne pas servir plus des 2/3 de la flûte ou 1/3 du verre. Cela permet également de déguster le bruevage d'une façon plus agréable en découvrant plus facilement ses arômes! 

# Champagne # Température # Lumière # Sabler ou Sabrer # Verre Tulipe / Nénuphar